b) Les évenements qui ont fait de Simone Veil une femme engagée

Les évènements marquants qui ont fait de Simone Veil une femme engagée

Une femme qui a marqué la fin du vingtième siècle, ancienne déportée, femme politique à l’origine de la légalisation de l’IVG. Reconnue comme une « Sage » son avis est souvent sollicité. Pourquoi et comment cette femme est elle devenue une personne incontournable de notre paysage politique ?

Parallèlement, Simone Veil soutient de nombreuses associations à vocation européenne, telle que le Fonds européen pour la liberté d'expression, ou encore la Fondation de l'Europe des sciences et de la culture, dont elle est présidente d'honneur.

Elle racontera que, pendant la période du débat à l'Assemblée National, elle reçoit des menaces à son domicile, elle trouve des croix gammées sur sa voiture dont on a brisé les vitres, elle qui a connu Auschwitz et qui a perdu sa mère, son père et son frère dans les camps de concentration. La violence qui s'exerce alors vient de cette frange extrémiste du christianisme qui sévit toujours aux Etats Unis. C’est pour cela qu’elle sera une femme engagée aussi contre le racisme.   Dans un dépliant édité et diffusé le 27 janvier 2005 par Civisme et démocratie - CIDEM, à l'occasion de la journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité, Simone VEIL, présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, réaffirmait qu'enseigner la Shoah est un devoir et que les enseignants y ont un rôle essentiel, elle dit :

“Enseigner la Shoah, mais surtout le processus qui y conduisit, est un devoir.
Devoir exigeant et difficile.
Les enseignants y ont un rôle essentiel : montrer aux élèves le prix de la tolérance, de la primauté du savoir et de la raison sur les fantasmes et les idéologies, qui constituent le socle de l'éducation à la citoyenneté.
La mémoire de la Shoah nous oblige, en effet, à rester vigilants, non seulement pour les Juifs, mais pour tous ceux qui sont victimes d'ostracisme en raison de leur identité, de leur ethnie ou de leur religion.
Il a fallu près de soixante ans pour que notre souffrance soit exprimée et entendue dans sa singularité.
Aujourd'hui, elle est partie prenante de notre mémoire commune.”
Simone Veil a eu une carrière politique considérable, surtout pour une femme :

Fonctions gouvernementales

  • -Du 28 mai 1974 au 29 mars 1977. ministre de la Santé
  • -Du 29 mars 1977 au 3 avril 1978 : ministre de la Santé et de la Sécurité sociale
  • -Du 3 avril 1978 au 4 juillet 1979 : ministre de la Santé et de la Famille
  • -Du 31 mars 1993 au 16 mai 1995 : ministre d’État, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville

Mandats électifs

  • -De juin 1979 à juin 1984 : Députée Européenne
  • -De juillet 1979 à janvier 1982 : Présidente du Parlement Européen

Autres fonctions

-De mars 1998 à mars 2007 : membre du Conseil Constitutionnel

  • -Présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah
  • -Membre du Conseil d'administration de l'Institut français des relations internationales
  • -Présidente du conseil de direction du Fonds au profit des victimes de la Cour pénale internationale
  • -Membre du jury du Prix pour la prévention des conflits, lancé par la Fondation Chirac.
Elle reçu également différents prix marquant son engagement :
-1978. Prix Monismanie de Suède.
-1980. Prix d’Athènes de la Fondation Onassis.
-1981. Prix de la Fondation Louise-Weiss.
-1983. Prix Louise-Michel.
-1984. Prix du Courage quotidien.
Prix de la Fondation Eleonore et Franklin Roosevelt.
-1987. Prix Johanna Lowenherz.
-1988. Prix Thomas Dehler de Munich, Allemagne.
-1991. Prix de la Fondation Klein de Philadelphie, États-Unis
Prix Truman pour la paix de Jérusalem, Israël.
Prix Giulietta à Vérone, Italie.
Prix Atlantida à Barcelone, Espagne.
-1993. Prix Obiettivo Europa de Milan, Italie.
-1996. Prix Henrietta Szold de Miami, États-Unis
-2005. Prix Prince des Asturies en Espagne
Prix Grand siècle Laurent Perrier.
-2007. Prix Scapus à Paris, France.
-2008. Prix Nord-Sud du Conseil de l'Europe à Lisbonne, Portugal
Prix Charles V en Espagne
Prix Alcide de Gasperi en Italie
-2010. Prix Heinrich Hein de Düsseldorf.
Ainsi que des médailles :
-1993. Médaille d'or du B'Nai Brith (Washington, É.-U.).
Médaille d'or de l'association Stresemann (Mayence, Allemagne).
-1997. Médaille d'or de la santé pour tous de l'Organisation mondiale de la santé.
Et reçut les titres de :
-Chevalier de l´ordre national du Mérite.
-Grand officier de l'Ordre de l'Empire britannique.
-Grand officier de la Légion d'honneur.
On lui a fait différents hommages :

-L'Hôpital public d'Eaubonne (95), anciennement Roux Calmette Guérin, s'appelle désormais Simone Veil, depuis sa réorganisation et sa fusion avec l'hôpital de Montmorency.

-Le collège de Villiers-Bocage (Calvados) porte désormais son nom39. Simone Veil l'a inauguré, en personne, le vendredi 30 avril 2010.

-L'école maternelle et primaire de Vigneulles-les-Hattonchâtel porte son nom. Simone Veil l'a inaugurée le 10 décembre 2010.

 

Simone Veil a aussi publié plusieurs ouvrages :

1969. L'Adoption, données médicales, psychologiques et sociales, Éditions sociales françaises.
2004. Les hommes aussi s'en souviennent : discours du 26 novembre 1974 suivi d'un entretien avec Annick Cojean.
2007. Une vie
Dans son autobiographie Une Vie, Simone Veil reste fidèle à ce qu’elle estime être la fonction des rescapés des camps de la mort, elle a témoigné, chaque fois qu’elle l’a pu, en France comme partout, de son expérience d’Auschwitz.
Mais cette femme de mémoire n’est jamais nostalgique, jamais passéiste, elle n’a souci que du monde de demain, celui qu’elle lèguera à ses petits-enfants et à ses arrière-petits enfants dont la place est grande dans sa vie.
Elle a beaucoup voyagé, rencontré la plupart des « grands » de ce monde, vécu de près les événements majeurs du XXe siècle. Elle en parle sans forcer sa voix, mais on l’entend.
Elle témoigne donc d'une certaine victoire à travers son combat mais aussi celui des femmes ; on pourrait penser qu'elle a pris le titre "une vie" en s'appuyant sur celui de Guy de Maupassant qui raconte la vie triste et misérable d'une femme : un très joli contraste qui met en valeur l'optimisme et le succès de Simone Veil.